des réponses à mes questions ...

Les thèmes abordés :

POUR BIEN COMMENCER
LES RECHERCHES

En fait, tout le monde peut faire une formation en apprentissage, à condition de respecter les critères d’âge. C’est possible de 16 ans et jusqu’à la veille des 30 ans.

Certains peuvent toutefois commencer à 15 ans et d’autres peuvent être apprentis au-delà de 30 ans dans certaines conditions.

Pas de panique ! Avant toute chose, « ne pas savoir » c’est normal !

Le plus important est de commencer à chercher une formation ou un métier en fonction de ses goûts, de ses envies et aspirations. Nous vous invitons à consulter le lien ici.

Votre enfant peut effectuer des recherches :

  • sur internet sur le site apprentissage.gouv.fr ;
  • se rendre à des portes ouvertes d’organismes de formation/CFA, qui proposent des formations en apprentissage ;
  • visiter des salons sur l’alternance et l’apprentissage organisés un peu partout en France ;
  • rencontrer directement des professionnels du métier qui l’intéressent, etc.

Il n’y a pas d’ordre spécifique dans sa recherche. Il peut d’abord trouver son CFA et ensuite son entreprise ou inversement. L’un ou l’autre pourra l’aider dans ses recherches.

Bon à savoir : il peut commencer son cycle de formation en CFA sans avoir trouvé son entreprise : il a alors trois mois, avec l’aide du CFA pour trouver un contrat d’apprentissage.

Trouver une entreprise peut être une étape compliquée et stressante dans le parcours d’un apprenti.

Mais pas de panique, voici quelques conseils pour mettre toutes tes chances de ton côté (lien)

COMPRENDRE LE CONTRAT D’APPRENTISSAGE

Un contrat d’apprentissage c’est un contrat de travail à durée limitée ou conclu dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée (CDI) entre un salarié et un employeur. Il permet au salarié apprenti de suivre une formation en alternance, avec une partie pratique en entreprise — sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage — et en centre de formation des apprentis (CFA).

La durée du contrat d’apprentissage peut varier de 6 mois à 3 ans en fonction du type de profession et de la qualification préparée.

Il peut être d’une année supplémentaire pour certains apprentis comme ceux en situation de handicap par exemple.

L’alternance c’est un système de formation qui est fondé sur une phase pratique (en entreprise) et une phase théorique et pratique (en organisme de formation) qui alternent. Deux types de contrats existent pour se former en alternance : le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation

Pour se former en alternance, votre enfant peut donc choisir entre ces deux contrats.

Il y a de nombreuses différences entre le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation. La principale différence est le temps de formation en organisme de formation ou CFA : dans le cas d’un contrat d’apprentissage, au moins 25 % de la durée totale du contrat doit être passée en CFA, alors que dans le cas d’un contrat de professionnalisation, la durée de formation en organisme de formation est comprise entre 15 % minimum et 25 % maximum de la durée totale du contrat.
Pour en savoir plus : Découvrir l’alternance (Portail de l’Alternance).

La formation en apprentissage est gratuite pour l’apprenti.

De plus, en apprentissage, votre enfant gagne un salaire tous les mois qui est déterminé en fonction d’une grille de rémunération minimale qui varie en fonction de son âge et de l’année d’exécution de son contrat (il gagne par exemple plus la 2e année de son contrat que la 1re).

Seuls certains frais liés à de l’acquisition spécifique de matériel peuvent être à sa charge mais une grande partie de son équipement est prise en charge par l’opérateur de compétences (OPCO), via ton CFA.

L’APPRENTISSAGE, UN VRAI CONTRAT DE TRAVAIL

Oui, le contrat en apprentissage est un vrai contrat de travail.

Le contrat d’apprentissage est défini par le Code du travail comme un contrat de travail de type particulier conclu entre l’apprenti (et son représentant légal si l’apprenti est mineur) et l’employeur.

On ne parle pas de période d’essai pour un contrat d’apprentissage mais de période probatoire.

Chaque partie peut mettre fin au contrat sans motif jusqu’à l’échéance des 45 premiers jours, consécutifs ou non, de formation pratique en entreprise effectuée par l’apprenti.

Oui, certaines modalités du contrat d’apprentissage pour un apprenti mineur peuvent être différentes comme pour tout salarié mineur. Le contrat doit être signé par l’apprenti mineur et par son représentant légal.

S’il est âgé de moins de 18 ans, l’apprenti ne peut pas travailler :

  • Plus de 8 heures par jour. Des dérogations sont possibles lorsque l’organisation collective de travail le justifie et dans la limite de 2 heures par jour.
  • Plus de 4 heures 30 consécutives. Lorsque le temps de travail quotidien est supérieur à cette durée, l’apprenti bénéficie d’un temps de pause d’au moins 30 minutes consécutives.
  • Plus de 35 heures par semaine. Des dérogations peuvent être accordées lorsque l’organisation collective de travail le justifie dans la limite de 5 heures par semaine.
  • De nuit (sous réserve des dérogations prévues à l’article L. 3163-2 du Code du travail).

En outre, 2 jours de repos consécutifs doivent lui être accordés (sous réserve des dérogations prévues à l’article L. 3164-2 du Code du travail).

Par ailleurs, les apprentis mineurs ne peuvent pas être affectés à des travaux dangereux, comme les travaux d’abattage ou d’équarrissage des animaux, les travaux de démolition, de tranchées ou comportant un risque d’effondrement ou d’ensevelissement… Il est toutefois possible de déroger à cette interdiction pour certains de ces travaux, si leur réalisation est nécessaire dans le cadre de leur formation professionnelle et après déclaration préalable à l’inspection du travail : travaux temporaires en hauteur, travaux de montage et démontage d’échafaudages… L’employeur devra mettre en place des mesures de prévention adaptées.

Les apprentis mineurs ne peuvent pas être employés au service du bar sauf s’ils ont plus de 16 ans, pour les besoins de leur formation et si leur employeur s’est vu délivrer un agrément préfectoral.

S’agissant du suivi de leur état de santé, les apprentis mineurs doivent être vus en visite d’information et de prévention avant leur affectation sur leur poste (et non dans les deux mois qui suivent son embauche, comme les apprentis majeurs). Les apprentis amenés à effectués des travaux dangereux doivent bénéficier d’un suivi individuel renforcé.

Le temps de travail de l’apprenti est identique à celui des autres salariés de l’entreprise et ne peut dépasser 35 heures par semaine (et 8 heures par jour). Le temps de formation en CFA est compris dans ce temps de travail. L’employeur doit donc permettre à son apprenti de suivre parallèlement les cours théoriques professionnels. Le mode d’alternance (par exemple, une semaine en CFA puis une semaine en entreprise ou 2 jours en CFA puis 3 jours en entreprise) est décidé en amont selon la formation choisie.

La durée du travail de l’apprenti de plus de 18 ans est augmentée dans certains secteurs d’activité afin qu’il puisse travailler jusqu’à 40 heures par semaine et dix heures par jour sous certaines conditions de compensation, contre 35 heures hebdomadaires et huit heures quotidiennes normalement.

Cette disposition s’applique aux contrats conclus à partir du 1er janvier 2019 dans les secteurs d’activité suivants :

  • Les activités réalisées sur les chantiers de bâtiment ;
  • Les activités réalisées sur les chantiers de travaux publics ;
  • Les activités de création, d’aménagement et d’entretien sur les chantiers d’espaces paysagers.

Comme tout salarié, l’apprenti peut aussi faire des heures supplémentaires qui seront facturées comme telles. Elles sont faites à la demande de l’employeur ou dans le cadre de l’organisation collective de travail de l’entreprise.

APPRENDRE AU CENTRE DE FORMATION (CFA)

Un CFA est un centre de formation d’apprentis. La formation réalisée dans ce centre de formation spécifique est complétée par une formation reçue en entreprise.

  • Le CFA est un endroit où on apprend dans de bonnes conditions : il y a des professeurs, des ateliers pour les travaux pratiques, des plateaux techniques, des cours, des devoirs. Étudier dans un CFA c’est encore être à l’école, c’est toujours apprendre !
  • Les CFA mettent en place des façons d’enseigner différentes de l’enseignement général, pour que même les cours théoriques soient concrets et adaptés, pour que tout le monde puisse réussir.
  • Le CFA permet à votre enfant d’acquérir les enseignements théoriques du diplôme ou titre professionnel qu’il prépare en apprentissage et l’aide aussi dans ton insertion professionnelle. Le CFA assure également le suivi de l’apprentissage en entreprise par l’intermédiaire d’un formateur en liaison avec ton maître d’apprentissage. Il l’accompagne également pour qu’il puisse avoir accès aux aides financières et matérielles auxquelles il a droit.
  • Même si votre enfant choisit l’apprentissage, sachez qu‘il y a des passerelles qui permettent de passer de l’enseignement professionnel en apprentissage à la voie scolaire généraliste.

C’est un rythme en alternance (différent du rythme de formation en cursus scolaire) : l’apprenti suit un enseignement général, théorique et pratique dans le CFA et travaille en alternance chez un employeur privé ou public pour mettre en œuvre les savoirs acquis.

Dans l’entreprise, l’apprenti est obligatoirement accompagné par un maître d’apprentissage, justifiant d’une expérience professionnelle et d’une qualification suffisantes.

Non, c’est en fonction des formations, mais il est possible de choisir une formation en fonction de son rythme.

Dans le cadre du plan de relance de l’apprentissage en 2020, l’État offre davantage de souplesse aux jeunes pour trouver leur entreprise portant à 6 mois au lieu de 3 mois, le temps pour trouver un contrat.

Si l’apprenti n’a pas signé de contrat d’apprentissage au début de sa formation, il bénéficie de 6 mois à compter de la date de début de sa formation pour en trouver un au lieu de 3 mois en temps normal.

Le CFA est en droit de donner des devoirs à votre enfant, mais pas son entreprise.

Oui, comme n’importe quelle formation, votre enfant peut échouer, ne pas obtenir son diplôme ou son titre.

Redoubler n’implique pas une reconduite automatique de son contrat actuel pour une année de plus, il faut signer un avenant à son contrat d’apprentissage avec son entreprise actuelle pour prolonger son contrat d’une année ou signer un nouveau contrat d’apprentissage avec une autre entreprise.

La prépa apprentissage s’adresse aux jeunes de 16 à 29 ans qui ne disposent pas des compétences de base ou des savoir-être professionnels indispensables pour signer un contrat d’apprentissage ou encore, qui ont besoin d’un temps pour mûrir leur projet professionnel. Son but est d’offrir aux jeunes qui ont des difficultés d’accès à la voie de l’apprentissage, un accompagnement personnalisé et spécifique les préparant à intégrer une formation en alternance exigeante et à intégrer le monde de l’entreprise en en maîtrisant les principaux codes.

Elle s’adresse prioritairement à des jeunes éloignés de l’apprentissage et du monde du travail, plus spécifiquement à des jeunes des quartiers prioritaires de la ville (QPV) ou des zones de revitalisation rurales ainsi que les jeunes ni en emploi, ni en formation et ayant atteint au maximum le niveau du baccalauréat non validé ou encore des personnes en situation de handicap.

L’objectif est de préparer et sécuriser leur entrée en apprentissage, afin notamment d’éviter les ruptures de contrat.

La durée de l’accompagnement varie de quelques jours à plusieurs mois en fonction de la situation du jeune et de son projet.

L’APPRENTISSAGE EN ENTREPRISE

Les entreprises qui accueillent des apprentis font tout pour que ça se passe dans les meilleures conditions.

Quand on n’a jamais travaillé en entreprise, on peut avoir peur de ne pas réussir à s’intégrer. Le maître d’apprentissage de votre enfant est là pour l’y aider, ainsi que l’équipe pédagogique de son organisme de formation / CFA.

Le maître d’apprentissage est le référent en entreprise de votre enfant.

C’est lui qui le formera et qui l’aidera à acquérir toutes les compétences pratiques et techniques dont il a besoin pour obtenir son diplôme.

En entreprise, un apprenti est sous la responsabilité d’un tuteur, un référent : le maître d’apprentissage.

Il a pour mission de contribuer à ton acquisition dans l’entreprise des compétences nécessaires à l’obtention du titre professionnel ou du diplôme préparé, en liaison avec ton organisme de formation/CFA.

Votre enfant a un seul référent mais il peut être encadré par plusieurs salariés de l’entreprise. Votre enfant de doit pas hésiter à leur poser toutes les questions qu’il a. Il est là pour apprendre et ils le savent.

QUAND CELA NE SE PASSE PAS BIEN…

Votre enfant a plusieurs solutions et plusieurs étapes pour l’aider si son expérience en entreprise se passe mal.

Tout d’abord, en parler à son maître d’apprentissage directement afin de voir si la situation ne peut pas s’améliorer.

Sinon, il faudra s’adresser à son tuteur pédagogique dans son organisme de formation/ CFA qui pourra programmer une visite d’entreprise pour l’aider à régler le problème.

Si cela ne fonctionne pas, il a la possibilité de faire appel à un médiateur de l’apprentissage, à la Chambre de commerce et d’industrie. Cette médiation peut concerner un litige relatif à l’exécution du contrat (temps de travail, rémunération, congés par exemple) ou à sa résiliation. Le médiateur n’est pas compétent pour les questions pédagogiques.

Oui le contrat d’apprentissage peut être rompu.

Durant les 45 premiers jours (consécutifs ou non) en entreprise, le contrat peut être rompu par l’employeur ou par l’apprenti (et par son représentant légal si l’apprenti est mineur) sans motif.

Pour cela, il suffit de notifier la rupture par écrit à l’autre partie et d’en envoyer une copie à l’organisme ayant enregistré ou déposé le contrat auprès de l’administration, ainsi qu’au directeur du CFA. Aucune indemnité spécifique n’est à verser.

Pour les contrats conclus à partir du 1er janvier 2019 : passé le délai de 45 jours en entreprise (consécutifs ou non) pendant lequel il est possible de rompre le contrat sans motif, la rupture peut être actée par accord amiable écrit des deux parties. Les différents cas de rupture que sont la force majeure, la faute grave de l’apprenti, l’inaptitude médicale de l’apprenti, le décès de l’employeur maître d’apprentissage dans une entreprise unipersonnelle, prennent la forme d’un licenciement sans le besoin de recourir préalablement au conseil des prud’hommes.

Passé le délai de 45 jours en entreprise, l’apprenti peut prendre l’initiative de la rupture, après le respect d’un préavis dans les conditions suivantes :

  • un délai minimum de 5 jours calendaires après saisine du médiateur pour informer son employeur de son intention de rompre son contrat,
  • un préavis minimal de 7 jours calendaires après la date à laquelle l’employeur a été informé de l’intention de l’apprenti de rompre son contrat.

Au préalable, l’apprenti doit avoir sollicité le médiateur intervenant dans un délai maximum de 15 jours consécutifs à la demande de l’apprenti.

À savoir : si l’apprenti n’est pas à l’origine de la rupture, le CFA doit lui permettre de suivre sa formation théorique pendant 6 mois et contribuer à lui trouver un nouvel employeur.

RÉMUNÉRATION, VACANCES ET AVANTAGES

Non, en tant qu’apprenti, votre enfant a également des avantages grâce à la carte étudiant des métiers qui est délivrée par son CFA et qui lui permet d’accéder à des réductions tarifaires (transports, culture, restauration, équipements) identiques à celles dont bénéficient les étudiants de l’enseignement supérieur. Il a aussi les mêmes avantages que les autres étudiants comme les aides au logement.

Voir la vidéo : « Les avantages de l’apprentissage« .

Tout dépend de l’âge de votre enfant. S’il est majeur, il peut avoir des jours décalés et, s’il est mineur, ses 2 jours de repos doivent être consécutifs.

Ce ne sont pas des vacances scolaires mais des congés payés, car un apprenti est avant tout un salarié.

En apprentissage, votre enfant a droit à 5 semaines par an à poser en accord avec son employeur.

Il a en outre droit à un congé supplémentaire de 5 jours pour préparer ses examens si le CFA n’organise pas de semaine de révision. Il s’agit de 5 jours ouvrables à prendre dans le mois qui précède les épreuves. Ces jours de congés doivent être rémunérés par l’employeur.

Les apprentis bénéficient en outre des droits applicables à n’importe quel salarié en matière de congé maternité, de congé paternité ou de congés pour événements familiaux.

Le salaire de votre enfant en tant qu’apprenti est calculé selon une grille de rémunération qui varie en fonction de son âge et de l’année d’exécution de ton contrat (1re, 2e et 3e année).

Il peut aller faire une simulation : Portail de l’alternance.

Des dispositions conventionnelles ou contractuelles peuvent prévoir une rémunération plus favorable par rapport à celle de la grille de base de rémunération.

L’employeur peut également décider de mieux le payer.

Non, le salaire d’un apprenti est exonéré des charges sociales. Le salaire brut est donc identique au salaire net.

Oui, votre enfant est payé quand il est au CFA (organisme de formation). Le temps de formation en CFA est du temps de travail effectif.

Un apprenti de plus de 26 ans touche 100% du Smic.

Il évolue le mois suivant son anniversaire si cela le fait changer de tranche d’âge de rémunération.

Le salaire de l’apprenti est exonéré de l’impôt sur le revenu, dans la limite du Smic. Les salaires versés en 2019 dans le cadre d’un contrat d’apprentissage sont exonérés jusqu’à hauteur de 18.255 € pour le calcul de l’impôt 2020.

Votre enfant ne doit donc déclarer que la partie du salaire supérieure à cette somme de 18.255 € pour le calcul de l’impôt 2020 (17.982 € pour le calcul de l’impôt 2019).

En apprentissage, la rémunération est fixée légalement en fonction de l’âge et de l’année d’exécution du contrat d’apprentissage.

L’apprentissage est possible pour des formations du CAP au BAC +5 et permet de débuter une carrière dans des métiers très variés, avec des niveaux de rémunération très divers.

Ensuite, c’est votre enfant qui décide de sa carrière ! Il peut faire de la formation professionnelle s’il souhaite évoluer ou monter en compétences dans son entreprise.

Oui, votre enfant accumule des droits pour sa retraite de base et complémentaire. Il cotise aussi pour ses droits à la formation.

APPRENTISSAGE ET FORMATION

Votre enfant travaillera sûrement les samedis ou dimanches ou jours fériés, en respectant néanmoins un rythme de 35 heures par semaine. S’il est majeur et que l’organisation collective de son entreprise est basée sur un temps de travail supérieur à 35 heures, il pourra faire plus de 35 heures.

Le rythme de formation en apprentissage demande de l’organisation. Le maître d’apprentissage de votre enfant et son organisme de formation/CFA sont là pour l’aider à s’organiser.

Oui, un diplôme obtenu en apprentissage est un diplôme d’État qui a la même valeur qu’un diplôme préparé dans un cursus classique.

C’est d’ailleurs un avantage d’avoir été apprenti car votre enfant a appris avec des professionnels et ça, les recruteurs adorent !

APRÈS L’APPRENTISSAGE

En moyenne, 7 apprentis diplômés sur 10 trouvent un emploi dans les 7 mois suivant la fin de leur formation en apprentissage.

Grâce aux savoir-faire acquis pendant l’apprentissage et l’expérience professionnelle déjà acquise, c’est beaucoup plus facile de trouver un emploi.

Oui, votre enfant peut continuer ses études en apprentissage avec un CAP, en BAC pro, en BTS, en licence professionnelle ou au-delà. Il peut continuer ses études jusqu’au niveau souhaité.

L’apprentissage peut se dérouler dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée. Dans ce cas, votre enfant reste salarié de l’entreprise une fois la période d’apprentissage terminée.

En revanche, si son contrat d’apprentissage est conclu pour une durée limitée (correspondant à celle de la formation), à la fin de sa formation, son employeur n’est pas obligé de le recruter mais il peut lui proposer.

Si le contrat d’apprentissage à durée limitée est suivi de la conclusion d’un contrat de travail à durée indéterminée (CDI), d’un contrat à durée déterminée (CDD) ou d’un contrat de travail temporaire dans la même entreprise, aucune période d’essai ne peut être imposée.

La durée du contrat d’apprentissage est alors prise en compte pour le calcul de sa rémunération et son ancienneté dans l’entreprise.

En tant que salarié, votre enfant est assuré en cas de chômage. Si, à l’issue de son contrat d’apprentissage, il n’a pas trouvé de travail ou si son contrat a été rompu à l’initiative de son employeur, il peut bénéficier d’allocations chômage.

Pour cela, il faut s’inscrire à Pôle emploi.

APPRENTISSAGE ET HANDICAP

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail qui nécessite la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé attribuée par la CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées).

Pour la personne en situation de handicap, il n’existe pas de limite d’âge maximum pour pouvoir souscrire un tel contrat. Dans certains cas, le contrat d’une personne handicapée peut être prolongé d’un an par dérogation.

Si l’apprenti ne peut fréquenter le CFA (centre de formations des apprentis) du fait de son handicap, il peut suivre un enseignement à distance ou un enseignement pratique et théorique équivalents à celui proposé en CFA.

De même, il peut demander un aménagement de poste à l’employeur. Cet aménagement sera financé par l’AGEFIPH (association pour la gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) ou le FIPHFP (fonds pour l’insertion professionnelle dans la fonction publique).

Votre enfant peut aussi obtenir des informations auprès des associations de personnes handicapées, que tu trouveras sur le site de l’Onisep (sélectionne « MDPH, associations, centre de ressources »). Il peut aussi filtrer les résultats en fonction de son handicap et de son lieu de résidence.

Bien sûr, c’est compatible. Votre enfant a accès aux mêmes droits à la formation qu’une personne valide, et donc à l’apprentissage. Pour cela, il faut qu’il ait une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé délivrée par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ou lors de sa demande d’allocation adulte handicapé (AAH).

Des aménagements au contrat d’apprentissage sont prévus pour les personnes en situation de handicap : pas de limite d’âge, aménagements de la formation, temps partiel en entreprise, allongement possible de la durée initiale du contrat jusqu’à 4 ans.

Désormais, chaque CFA dispose d’un référent handicap chargé de suivre les apprentis en situation de handicap. Son rôle est de favoriser ces parcours auprès des jeunes en situation de handicap et d’en assurer la pleine réussite. Renseignez-vous auprès de cette personne pour qu’ellevous donne toutes les informations dont vous avez besoin.

Par ailleurs, un référentiel a été élaboré afin de guider les organismes de formation/CFA dans la définition de leur politique d’accueil et dans leur démarche d’amélioration continue de l’inclusion des apprenants handicapés.

C’est un apprenti comme les autres, soit un salarié de l’entreprise, reconnu travailleur handicapé.

Chaque CFA a un référent handicap et perçoit un financement supplémentaire pour chaque apprenti reconnu travailleur handicapé.

Dans la fonction publique comme dans le secteur privé, l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) et le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) financent au cas par cas des aides pour soutenir l’apprenti dans son parcours vers l’emploi, mais aussi pour bénéficier d’aides à l’adaptation des situations de travail (moyens techniques, humains et organisationnels) qui permettent aux employeurs de favoriser l’insertion professionnelle et le maintien en emploi des personnes en situation de handicap.

Si votre enfant est travailleur handicapé, il pourra rencontrer un référent handicap aux Écolles CCI Dordogne qui l’aidera dans son parcours d’apprenti.

Il l’accompagne au quotidien pour qu’il réussisse sa formation en apprentissage et qu’il bénéficie d’un poste de travail et d’un rythme de formation adaptés à ses besoins.

Consultez notre page : « Scolarité et handicap« .